Agir contre les bombes à sous-munitions

Les armes à sous-munitions sont composées d’un conteneur (bombe, obus, missile, roquette) regroupant, selon les modèles, quelques unes à plusieurs centaines de mini-bombes, appelées «sous-munitions ». On les utilise par voie aérienne (avions de combat, hélicoptères…) ou par voie terrestre (canons, véhicules de combat, lance-roquettes…). Le conteneur s’ouvre dans les airs et éjecte les sous-munitions qui se dispersent sur une large zone, pour exploser, en principe, au contact du sol ou de l’objectif visé. Mais il arrive fréquemment que leur mécanisme de mise à feu ne fonctionne pas et que l’explosion ne se produise pas. Certaines études indiquent qu’un pourcentage important des sous-munitions, entre 5 et 40%, n’explosent pas à l’impact.

Partagez cette page

Basm, M85, regroupées sur le sol. Marquage avec branche. Sud-Liban 2006
Basm, M85, regroupées sur le sol. Marquage avec branche. Sud-Liban 2006
Basm, M85, regroupées sur le sol. Marquage avec branche. Sud-Liban 2006

BASM - Bombes à sous-munitions

Depuis 2003, Handicap International se mobilise pour que ces armes, qui violent par nature le droit international humanitaire, soient définitivement bannies. L'association est l'un des membres fondateurs de la Coalition contre les sous-munitions qui regroupait en 2008 près de 300 ONG, afin de porter une parole forte auprès des États et de faire pression pour l'interdiction des BASM. Le 3 décembre 2008, l’aboutissement de ce combat est de taille : 96 pays signent le Traité d'interdiction des BASM à Oslo. Il entre en vigueur le 1er août 2010. Le traité d’Oslo interdit définitivement l'utilisation, la fabrication, le commerce et le stockage des bombes à sous-munitions. Sur le terrain, beaucoup reste à faire pour que les populations civiles reprennent le cours d'une vie normale, notamment en termes de dépollution des terres et d'assistance aux victimes.

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ou un rendez-vous ?

Je suis là pour vous renseigner

Cyrielle CHIBAEFF
Chargée de communication
(+352) 42 80 60 31
cchibaeff@handicap-international.lu