Restes de guerres – l’exposition contre l’oubli

Après avoir été présentée en 2015 à Luxembourg, l’exposition Restes de guerres est présentée à Esch-sur Alzette, place du Brill, du 10 janvier au 26 février 2017. Cet événement est organisé en collaboration avec le Musée national de la Résistance dans le cadre du colloque international « Questions sur l’avenir du travail de mémoire ».


L’exposition, mêlant photographies d’archives provenant de la Grande Région et photographies de missions de Handicap International sur le terrain, propose une lecture de l’histoire contemporaine au travers du prisme des deux Guerres mondiales, avec une attention toute particulière au sort des populations civiles non combattantes et pourtant prises au piège de la guerre.

 

Partagez cette page

Exposition Restes de guerres à Luxembourg novembre-décembre 2015
Exposition Restes de guerres à Luxembourg novembre-décembre 2015
Exposition Restes de guerres à Luxembourg novembre-décembre 2015

AU SUJET DE L’EXPOSITION

Saviez-vous qu’au Luxembourg, plusieurs décennies après la fin des Première et Seconde Guerres mondiales, on retrouve encore en moyenne cinq tonnes de munitions non explosées par an ? Dans le monde, ce sont plusieurs millions de tonnes.

Sur base de ce constat, les conséquences des conflits actuels sur les populations et sur l’environnement sont évidentes. À court termes, les armes explosives tuent, blessent, causent des traumatismes et des handicaps, forcent les populations à se déplacer et détruisent des infrastructures vitales. À plus long terme, les munitions non explosées et abandonnées constituent une menace permanente, nuisant à la sécurité et au bien-être des populations mais aussi au développement général du pays.  D’ailleurs, sur base de l’exemple du conflit syrien,  selon un rapport réalisé par Handicap International en 2016, on estime qu’il faudrait 30 ans pour dépolluer la Syrie de tous les restes d’explosifs abandonnés si le conflit s’arrêtait maintenant.

 
À travers Restes de guerres, il s’agit de donner une voix et un visage aux victimes et survivants d’armes barbares telles que mines antipersonnel, bombes à sous-munitions, obus, grenades et autres restes explosifs qui, pendant, mais aussi et surtout après un conflit, constituent une menace pour une population locale. 
Il s’agit également de dénoncer les bombardements en zones densément peuplées qui, en tant de guerre ne font aucune distinction entre civils et combattants. Cette pratique, qui cible intentionnellement les populations civiles, est une violation du droit international humanitaire. 

Restes de guerres est une exposition où le passé rejoint le présent, mais aussi où le présent doit prendre en considération le passé, pour ne pas oublier, pour prendre conscience, pour agir, pour ne pas vivre en vase clos.

INFOS PRATIQUES

Date : du 10 janvier au 26 février 2017
Lieu : Place de la Résistance / Brill, Esch-sur Alzette
Vernissage – visite guidée : 10 janvier 2017 à 14h
Inscriptions : si vous êtes intéressé(e) par participer à la visite guidée, inscrivez-vous en envoyant un message à contact@handicap-international.lu.

Exposition réalisée  avec le soutien financier de la Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire du ministère des Affaires étrangères luxembourgeois. 

Et présentée en partenariat avec la Ville d’esch-sur-Alzette, le musée national de la Résistance, la société Madaboutsoul, le Quotidien, le Jeudi et le Tageblatt. 

 

 

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ou un rendez-vous ?

Je suis là pour vous renseigner

Adeline MASSOLIN-TOUSSAINT
Chargée de communication et sensibilisation
(+352) 42 80 60 23
amassolin@handicap-international.lu