Goto main content
 
 

« On était agriculteurs et désormais nos champs sont minés ! Qui se soucie de nous ? »

Mines et autres armes Urgence
Ukraine

HI mène des sessions de sensibilisation aux risques liés aux engins explosifs dans des villages que la guerre a coupé du monde, comme celui de Velyka Komyshuvakha dans la région de Kharkiv

Nazar, 11 ans, participe à une séance d'éducation aux risques à Velyka Komyshuvakha (région de Kharkiv).

Nazar, 11 ans, participe à une séance d'éducation aux risques à Velyka Komyshuvakha (région de Kharkiv). | © M.Monier / HI 2023

Velyka Komyshuvakha est un village d’agriculteurs situé à plus de trois heures de route de Kharkiv, dans l’Est de l’Ukraine. Il a été occupé par les troupes Russes d’avril à septembre 2022. Depuis, seuls 95 des 521 villageois sont revenus sur leurs terres pour tenter d’y reconstruire leurs maisons, recommencer à vivre. Mais Velyka Komyshuvakha a été détruit à 90%, et l’ensemble des champs alentour sont contaminés par des mines et des restes explosifs de guerre.


A l’entrée du village, l’unique « café » dans lequel se retrouvaient ses habitants est en ruines. Le local a été utilisé comme « base » par les soldats Russes. Un groupe de femmes munies de pelles et de sacs poubelles tentent de désencombrer le lieu entièrement recouvert de graffitis. Parmi elles, il y a Inna, 53 ans. Cette ancienne agricultrice, donne un coup de main à la mairie pour tenter de reconstruire son village, sa propre maison a été détruite dans les bombardements.


"Nous avions tout : des vaches, des cochons, des volailles, tout. Aujourd'hui, nous n'avons plus rien. Les squelettes de mes vaches sont encore à proximité. Aujourd'hui, je travaille principalement pour le conseil du village et j'aide à déblayer les décombres tous les jours. L'école et le centre du village ont été complètement bombardés, tous les entrepôts de semences se sont effondrés. Ma propre maison a été détruite, nous sommes en train de la réparer et de construire de nouveaux murs".


Le danger des restes explosifs de guerre


Mais le plus important problème que souhaite souligner Inna, ce sont les mines ! Selon elle, l’ensemble des champs qui entourent son village et les localités voisines sont minés.


« Mon filleul allait cultiver ses légumes quand l’une d’elles a explosé juste à coté de lui.  Heureusement il est vivant, mais son coude ne se plie plus et son dos est lacéré par les éclats d’obus ».


Selon les données recueillies et vérifiées par le secrétariat de l'autorité nationale ukrainienne de lutte contre les mines, il y a plus de 860  victimes d’engins explosifs, dont 269 ont été tuées depuis février 2022. La plupart des accidents signalés sont causés par des mines terrestres.


C’est pour ces raisons que les équipes de HI mènent des actions de sensibilisation auprès des communautés de ces villages que le conflit a littéralement coupés du monde.
HI les aide à identifier les différents types d’engins explosifs de guerre, en expliquant pourquoi ils sont dangereux et quels types de blessures ils peuvent engendrer. Les agents d’éducation aux risques détaillent ensuite les bons gestes, la bonne attitude à adopter pour être en sécurité, dans le cas où ils se retrouveraient face à un engin explosif.


Pour Viktoria Vdovichuk, une ancienne démineuse qui est la chef d'équipe des activités de sensibilisation de HI dans la région de Kharkiv,  ces actions de sensibilisation menées par HI dans la région de Kharkiv, il est essentiel d’atteindre les communautés de ces villages isolés par le conflit :


« Les dégâts sont énormes, la zone est très contaminée et extrêmement dangereuse. Tous les engins explosifs utilisés dans cette guerre sont présents : mines, fils-pièges, mines antipersonnel, mines antivéhicules, sans oublier les bombes à fragmentation et les obus d'artillerie de tous calibres. Mais les villageois sont revenus et vivent aujourd'hui ici. Certains n'ont jamais quitté la région. Cela signifie que chaque jour, ils marchent à proximité de zones contaminées. Et chaque jour, ils mettent leur vie en danger parce qu'ils ne savent pas quoi faire lorsqu'ils rencontrent ces restes explosifs de la guerre. Ils ne savent pas qu'il ne faut jamais les toucher, et encore moins marcher dessus ! C'est évidemment très dangereux ! »


Le plus jeune participant s’appelle Nazar, il a 11 ans. Ce garçon ukrainien, dont l’école a été bombardée une dizaine de fois depuis deux ans, dit avoir déjà fait face à des restes explosifs dans son village ; il en aurait même vu exploser sous ses yeux. À la fois naïf et apeuré, il montre les débris d’engins explosifs qui jonchent les quelques ruelles du village, cachés dans les herbes, ou rapidement signalés par un ruban blanc (signe d’avertissement non officiel) :


"Ce que je retiens le plus, c'est le fait que si je vois quelque chose de suspect dans la rue, je dois m'en éloigner et appeler les services d'urgence"

Des frontières internes dessinées par les restes explosifs


En Ukraine, les cicatrices laissées par l’utilisation massive des armes explosives sont semblables à de profondes tranchées. Elles coupent du monde des pans entier du territoire ukrainien en rendant très difficiles l’accès aux moyens de subsistance mais aussi aux besoins de base. Comme la plupart des habitants de ce territoire rural, Inna doit faire au moins 25 kilomètres pour faire ses courses, ou pour se faire soigner.  


"Il n'y a plus rien ici. Nous n'avons ni café, ni magasin. Avec un peu de chance, tous les mercredis, un médecin va pouvoir venir chez nous. Qui se soucie de nous ? Au moins, ici, on peut être reconnaissants d’avoir reçu des matériaux de construction pour la reconstruction, afin que nous puissions reconstruire nos maisons. Mais pour tous les gens qui voudront revenir chez eux un jour ailleurs en Ukraine, ils n’auront plus de chez eux et nulle part où rentrer ", conclut Inna.

 

Depuis 2022, les sessions de sensibilisation aux risques liés aux mines (EORE) et aux bombardements (CPP) ont touché environ 89 000 personnes in Ukraine. HI a organisé plus de 3500 sessions (en ligne et en personne) et a formé près de 2770 acteurs humanitaires et 337 points focaux communautaires.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Nicolas Klein

Nicolas Klein
Responsable Communication institutionnelle
(+352) 42 80 60 28
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les humanitaires ne sont pas et ne doivent jamais être une cible
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Urgence

Les humanitaires ne sont pas et ne doivent jamais être une cible

Le jeudi 1er février, deux travailleurs humanitaires ont été tués et d'autres blessés lors de l'attaque de leur véhicule dans l'oblast de Kherson. 

Syrie : un an après le séisme, elles retrouvent le sourire
© HI
Réadaptation Urgence

Syrie : un an après le séisme, elles retrouvent le sourire

Le 6 février 2023, un terrible séisme frappait le nord-ouest de la Syrie. Parmi les nombreux survivants soutenus par Handicap International et ses partenaires, voici les histoires de quatre jeunes filles très courageuses.

Destruction du bureau de HI à Gaza
© HI
Urgence

Destruction du bureau de HI à Gaza

Situé dans le quartier de Rimal à Gaza City, le bureau de Handicap International a été entièrement détruit lors d'un bombardement le 31 janvier 2024.