Goto main content
 
 

Déracinée et blessée, Fatehia, relève enfin la tête

Mines et autres armes Réadaptation
Yémen

Fatehia a perdu une jambe dans le bombardement de son école au Yémen. Son parcours a été difficile mais les équipes de Handicap International ont su lui redonner le goût de la vie. 

Grâce à sa prothèse, Fatehia* peut désormais marcher à nouveau et courir avec ses amis

Grâce à sa prothèse, Fatehia* peut désormais marcher à nouveau et courir avec ses amis | ISNA Agency / HI

Ce matin-là, comme tous les jours, Fatehia* attrape ses affaires et prend le chemin de l’école avec sa sœur et ses amis. Quelques heures plus tard, la joie de cette petite fille va s'envoler emportant avec elle l'insouciance de ses 8 ans.

Contre les bombardements de civils, interpellez les députés
du Luxembourg en cliquant ici

Une attaque aérienne frappe sa ville. Une bombe explose près de l'école. Dans l'affolement, Fatehia et tous les élèves se précipitent hors des salles de classe et se ruent, paniqués, dans la cour de récréation. C’est là qu’une seconde bombe s’abat sur les enfants.

Wafaa, l’amie de Fatehia, meurt sur place, juste à côté d’elle. Grièvement blessée, Fatehia, elle, perd connaissance. Le directeur adjoint de l’école sera également tué dans l'attaque.

"Je pensais à mon amie"

Dans les minutes qui suivent, son père arrive à l’école: il trouve Fatehia dans un état critique. Elle a perdu sa jambe. Il l’emmène lui-même à l’hôpital le plus proche où les médecins l’opèrent en urgence pour tenter de la sauver. Elle restera hospitalisée pendant deux semaines. 

"Je pensais sans arrêt à mon amie et à ma sœur", se souvient Fatehia. "Quand j'ai revu ma sœur, j’ai été soulagée, je me suis sentie mieux... Mais l'image de Wafaa me hantait. Quand mon père m’a dit qu'elle était morte, j'ai beaucoup pleuré. Ma famille m'a beaucoup soutenue."

"Les béquilles me rendaient laide"

Fatehia n'a plus le goût de rien. Elle tombe dans la dépression. "J'ai commencé à me demander si je pourrais remarcher un jour. On m’a apporté des béquilles. Je les détestais parce qu'elles me rendaient laide." Désespérée et frustrée, elle s’isole, ne se déplace plus et s'enferme dans le mutisme.

Toute la famille, traumatisée, quitte le foyer pour s'installer à Sanaa, la capitale. Comme des milliers d’autres au Yémen, Fatehia et les siens deviennent des "déplacés" à l'intérieur de leur propre pays. Une vie dure, loin des repères quotidiens.

L'espoir, après deux mois d'errance

Presque deux mois s’écouleront avant que Fatehia ne franchisse la porte du centre de réadaptation de Sanaa, accompagnée de son père, son oncle, sa sœur et son frère. Tous se demandent si elle pourra remarcher.

Les orthoprothésistes de Handicap International les accueillent, les rassurent et leur expliquent les possibilités et le déroulement de la prise en charge qui permettra d'appareiller la fillette avec une prothèse de jambe. En parallèle, voyant que la famille vit encore dans un profond traumatisme, l’équipe leur propose un accompagnement psychologique.

Fatehia lors d'une séance de réadaptation

ISNA Agency / HI

Depuis, Fatehia et son père viennent régulièrement participer à des séances de soutien psychosocial.

Dentiste ou artiste?

En l’espace de quelques mois, Fatehia a beaucoup changé. La fillette déracinée et blessée a commencé à relever la tête. Suite aux séances de soutien psychosocial individuelles et en groupe, elle a doucement accepté son handicap. À partir de ce moment, elle s’est remise progressivement à parler, à partager des idées et à se faire de nouveaux amis.

Elle a un sens de l'humour développé et elle rit beaucoup! Désormais, elle a décidé que plus rien ne l'arrêterait: elle veut devenir dentiste ou artiste. Il faut dire qu’elle a un excellent coup de crayon!

"Je veux remercier toute l'équipe de Handicap International car vous avez rendu ma vie meilleure malgré le handicap. Vous m’avez aidée à accepter mon handicap, à le gérer et à communiquer à nouveau avec les autres. Vous m’avez aidée à redevenir forte"

* prénom d'emprunt

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI
Droit Mines et autres armes Mobilisation Sensibilisation

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 82 États, dont le Luxembourg, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin un accord international historique visant à mieux protéger les civils de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »
© HI
Mines et autres armes

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »

Roger Eid est responsable des opérations de déminage de HI au Liban. Il nous explique l’importance du déminage et comment sont réalisées ces opérations indispensables.

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains
© HI
Mines et autres armes

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains

Les États sont invités le 18 novembre à Dublin pour adopter l'accord international contre les bombardements en zones peuplées.