Goto main content
 
 

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Droit Réadaptation Santé Urgence
Bangladesh

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Des membres des équipes mobiles à la rencontre d’une famille de Rohingyas pendant leur maraude quotidienne dans le camp de Kutupalong, Ukhia, Cox’s Bazar © Shumon Ahmed/HI

Des membres des équipes mobiles à la rencontre d’une famille de Rohingyas pendant leur maraude quotidienne dans le camp de Kutupalong, Ukhia, Cox’s Bazar | © Shumon Ahmed/HI

En août 2017, sept cent mille Rohingyas sont arrivés dans le district de Cox’s Bazar, au Bangladesh voisin. Un exode massif en quelques semaines à peine, précipité par l’accroissement des persécutions à leur encontre. Sept ans plus tard, Cox’s Bazar abrite près d’un million de réfugiés.


« Sur ces collines surpeuplées, aux terrains souvent accidentés, les dispositifs d’accessibilité sont limités. Dans les camps, de simples tâches quotidiennes deviennent d’énormes défis », dénonce Farhana Akhter, responsable de projet HI Bangladesh


Les conditions de vie sont d’autant plus difficiles pour les personnes handicapées, qui représentent 12% de la population de réfugiés.


"L’eau, la nourriture, les soins médicaux… Les difficultés d’accès aux services de base pour les personnes handicapées accentuent leurs difficultés quotidiennes », poursuit Farhana Akhter, responsable de projet HI Bangladesh

 

Depuis 2017, HI s’efforce aux côtés de tous les acteurs humanitaires, et en collaboration avec les autorités locales, de soutenir les groupes les plus vulnérables, dont les personnes handicapées.

Rien que l’année dernière, les équipes de HI au Bangladesh ont aidé près de 32 000 personnes handicapées.


110 professionnels de la réadaptation dans les camps


Une équipe de 110 professionnels sont présents quotidiennement dans les camps afin de proposer un soutien en réadaptation. Ces services jouent un rôle essentiel dans l’amélioration des capacités fonctionnelles, la prévention des complications et la promotion de l’indépendance de ces personnes. Ils sont essentiels pour les personnes amputées ou blessées, souffrant de diverses affections, notamment de malnutrition, de problèmes respiratoires, de lésions cérébrales et autres pathologies.  


Parmi ces bénéficiaires, il y a la petite Jannat Ara, âgée de 6 ans. Sa mère, Fatema, explique à HI qu’elle a mis au monde Jannat peu de temps après être arrivée à Cox’s Bazar, en 2017. L’accouchement, dans leur abri, après plusieurs jours d’exil dans des conditions extrêmement dangereuses, a été particulièrement difficile.
 

« Ma fille a eu une paralysie cérébrale. Avant de rencontrer les équipes de réadaptation de HI, Jannat Ara n’était pas capable de s’asseoir, ni de se tenir debout. Ma petite fille restait dans ma chambre et dépendait de nous pour toutes ses activités quotidiennes », explique Fatema.


Renforcement musculaire, exercices de coordination et d’équilibre, activités ludiques…Les équipes de HI ont également formé les parents de Jannat pour qu’ils puissent lui faire faire des exercices quotidiens à la maison et accroître son autonomie. Les parents de Jannat ont également bénéficié d’un soutien psychologique.


« Grâce à des exercices de respiration et des temps d’échange, nous avons réussi à être moins anxieux, notamment vis-à-vis des difficultés rencontrées par notre fille. On se sent de plus en plus en capacité de faire face aux moments difficiles de notre quotidien », confient-ils.


« Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas » !


Plus largement, ce soutien psychologique apporté par nos équipes est essentiel car les conditions de vie extrêmement précaires, l’augmentation croissante de l’insécurité et l'absence de perspectives ont profondément déstabilisé ces communautés.


« Nous ne pouvons pas oublier ces personnes, la crise des Rohingyas ne peut pas être oubliée... Ils ont besoin de l'aide de toute la communauté internationale ! », conclut Farhana Akhter, responsable de projet HI Bangladesh

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Nicolas Klein

Nicolas Klein
Responsable Communication institutionnelle
(+352) 42 80 60 28
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements en zones peuplées
© HI
Mines et autres armes Urgence

Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements en zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.

HI déplore la mort tragique d'un membre de son personnel à Gaza
© HI
Urgence

HI déplore la mort tragique d'un membre de son personnel à Gaza

Handicap International / Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de sa collègue Muna et de toute sa famille, après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin 2024.

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante
© T. Nicholson / HI
Mines et autres armes Urgence

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante

Depuis le 10 mai dernier, la Russie mène une nouvelle offensive dans la région. Avec la détérioration de la situation sécuritaire, les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter.