Goto main content
 
 

Séisme en Afghanistan : « Nos équipes ont pu intervenir dès le lendemain »

Réadaptation Urgence
Afghanistan

Trois mois après les tremblements de terre meurtriers qui ont frappé l’Afghanistan le 7 octobre, Eric Weerts, notre expert sur le terrain, kinésithérapeute de formation et spécialiste en urgence et réadaptation, revient en 5 questions sur la réponse apportée par Handicap International à la catastrophe et son action dans le pays.

Deux hommes accroupis face à un enfant allongé

Eric Weerts lors d'une visite à domicile dans la banlieue de Kaboul | © HI

En octobre, une série de séismes a frappé la province de Herat (ouest). Quelle est la situation sur le terrain et quelle a été la réponse de HI ?

En fait il y a eu deux séismes qui se sont succédé en quelques jours, frappant des districts et la ville de Herat séparément. Nos équipes mobiles (composées de kinésithérapeutes, travailleurs sociaux et conseillers psycho-sociaux) se sont présentées dès le lendemain du séisme à l’hôpital provincial pour répondre aux besoins des blessés et appuyer le personnel médical débordé. Une autre partie de ces équipes s’est rendue les jours suivants dans les districts affectés pour commencer à faire une évaluation des besoins, orienter des blessés sur des institutions de santé et fournir des kits d’urgence (kits d’hygiène, vêtements chauds, nourriture, ustensiles de cuisine...) et du matériel pour s’abriter et se protéger du froid.

D’une manière générale, quelles sont les actions que mène Handicap International dans le pays ?

Nous sommes présents depuis plus de 30 ans en Afghanistan avec plus de 400 collaborateurs nationaux travaillant sur 6 provinces.

Nous apportons une aide de base (produits de première nécessité, aide à la vie quotidienne...) aux personnes vulnérables. Nous interagissons avec les autres acteurs humanitaires afin que les personnes vivant avec un handicap, qui sont souvent discriminées dans les situations d’urgence, ne soient pas laissées de côté.

Nos équipes sont actives au sein des communautés locales et fournissent des services de réadaptation et du soutien psychosocial. Ces équipes sont très mobiles afin d’atteindre les personnes les plus vulnérables – hommes et femmes sans aucune discrimination.

Nous soutenons également des centres de rééducation fonctionnelle dans deux provinces. Ce soutien est indispensable afin de pouvoir accompagner les personnes handicapées (amputés, blessés neurologiques, enfants infirmes moteurs cérébraux...) tout au long de leur parcours de soins.

En plus de ces activités, nous sensibilisons la population aux risques liés à la présence d’engins explosifs de guerre. Les restes explosifs font encore beaucoup de victimes, particulièrement chez les enfants. Nous formons aussi les autres acteurs humanitaires et organisations nationales à mieux identifier les besoins des personnes handicapées et améliorer les services qui leur sont destinés.

Tu te rends régulièrement en Afghanistan depuis une vingtaine d’années. Quel est ton rôle ?

Mon rôle est d’appuyer les professionnels actifs sur place dans leur montée en compétences. Les objectifs de mes missions peuvent aller de l’étude de besoins à de la formation en réadaptation, en passant par la mise en place et l’accompagnement de nouveaux projets.

Je suis en outre chargé de mesurer l’impact de nos activités sur la vie de nos bénéficiaires. Il est important que ces activités soient fonctionnelles rapidement, efficaces et durables.

Plus récemment, j’ai aidé à mettre en place un nouveau protocole d’intervention pour mieux répondre aux situations d’urgence. Les équipes de Handicap International ont ainsi pu intervenir à Herat dès le lendemain du séisme alors que d’autres acteurs humanitaires n’étaient pas en mesure de répondre rapidement à l’urgence.  

Eric Weerts lors d'une visite à domicile dans la banlieue de Kaboul. © HI

Quelles ont été les conséquences de la prise du pouvoir par les talibans pour nos équipes ?

La prise de pouvoir des talibans en août 2021 n’a pas pris de court nos équipes. Depuis la fin des années 1980, elles travaillent au gré des soubresauts politiques que connaît le pays, dans tous les contextes possibles : occupation russe, règne des talibans, présence de troupes étrangères. Malgré l’instabilité politique et sécuritaire, HI n’a jamais quitté le pays.

Notre action auprès des plus vulnérables a toujours trouvé sa place au sein de la société afghane malgré les défis énormes auxquels font face nos collaborateurs. Nos actions sont bien connues par tous les acteurs du conflit : ils savent ce que l’on fait et pourquoi. Nos équipes communiquent sans relâche avec toutes les autorités locales pour maintenir l’accès aux soins pour tous, sans discrimination.

Un des défis actuels est la place des femmes dans nos activités. Malgré la pression exercée par les talibans, nous avons obtenu des garanties pour nos collaboratrices.

Le plus inquiétant pour le futur est le désintérêt de la communauté internationale pour le courage des Afghans et Afghanes. Nous ne pouvons pas les abandonner.

Y a-t-il un/une bénéficiaire dont l'histoire t'a particulièrement marqué ?

Ce qui me marque le plus, c’est le courage et la résilience des Afghans et Afghanes qui arrivent à surmonter les plus grands défis : l’un qui se relève après un accident catastrophique qui changera sa vie à tout jamais, qui se retrouve amputé ou paraplégique, et l’autre qui lui vient en aide pour assurer sa réadaptation et améliorer sa qualité de vie. Le plus touchant pour moi c’est de savoir que ce sont les Afghans qui rendent cela possible par leur persévérance et leur courage, car je ne suis qu’un intermédiaire dans cette situation.

Nos collègues afghans nous remercient pour notre soutien. Nous ne devons pas les abandonner sachant que ce sont eux qui sont les plus exposés au quotidien lorsque des tensions peuvent se manifester.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Nicolas Klein

Nicolas Klein
Responsable Communication institutionnelle
(+352) 42 80 60 28
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les humanitaires ne sont pas et ne doivent jamais être une cible
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Urgence

Les humanitaires ne sont pas et ne doivent jamais être une cible

Le jeudi 1er février, deux travailleurs humanitaires ont été tués et d'autres blessés lors de l'attaque de leur véhicule dans l'oblast de Kherson. 

Syrie : un an après le séisme, elles retrouvent le sourire
© HI
Réadaptation Urgence

Syrie : un an après le séisme, elles retrouvent le sourire

Le 6 février 2023, un terrible séisme frappait le nord-ouest de la Syrie. Parmi les nombreux survivants soutenus par Handicap International et ses partenaires, voici les histoires de quatre jeunes filles très courageuses.

Destruction du bureau de HI à Gaza
© HI
Urgence

Destruction du bureau de HI à Gaza

Situé dans le quartier de Rimal à Gaza City, le bureau de Handicap International a été entièrement détruit lors d'un bombardement le 31 janvier 2024.