Goto main content
 
 

COVID-19 : HI poursuit son soutien aux enfants handicapés dans le camp de réfugiés de Dadaab

Prévention et santé Réadaptation Santé
Kenya

Dans le camp de réfugiés de Dadaab, les familles d’enfants handicapés sont particulièrement vulnérables durant la crise liée au COVID-19.  Le manque d'argent ne leur permet plus d'acheter de la nourriture pour survivre.

 

Hamze est soigné par sa mère et sa kinésithérapeute au centre HI

Hamze est soigné par sa mère et sa kinésithérapeute au centre HI | © HI

Hamze est un petit garçon réfugié âgé de quatre ans présentant une infirmité motrice cérébrale. Il vit à Dadaab et est suivi en réadaptation par les kinésithérapeutes de HI depuis sa naissance.

Sa mère, Maryann, est également née dans ce camp en 1999, ses parents ayant alors fui la Somalie à cause de la guerre. Elle élève seul son enfant car son mari l’a quitté à la naissance d’Hamze.

Chaque semaine, Hamze et Maryann se rendent au centre d’appareillage géré par HI dans le camp où le petit garçon bénéficie de services de réadaptation.

Sa mère, quant à elle, apprend à prodiguer les gestes de soins indispensables au mieux-être et à la santé de son enfant.

HI a fourni à Hamze une attelle qui permet de prévenir la formation de contractures à l'articulation du genou. HI lui a également donné un fauteuil roulant spécialement adapté, avec lequel il peut se déplacer tout en gardant une bonne position.


Depuis le mois de mars et l’évolution de la pandémie de COVID-19, l’équipe HI a également sensibilisé Maryann aux gestes barrières contre le virus.

La jeune femme comprend bien à présent la nécessité de prendre des précautions telles que de se laver régulier les mains et de porter un masque facial dans les lieux publics.


« HI m’informe sur les gestes à appliquer pour éviter la propagation de la COVID-19 dans le camp. C'est une maladie mortelle qui peut toucher n'importe qui »,

explique-t-elle.


La jeune maman et ses parents sont très pauvres et dépendent de l’aide humanitaire fournie par HI et d'autres ONG pour survivre. Avant l'apparition de l'épidémie, elle faisait des ménages chez ses voisins.


 « Malheureusement, je ne peux plus travailler car mes voisins craignent, eux aussi, de tomber malades. Je ne gagne plus d’argent pour nourrir mon fils et mes parents »,

déclare-t-elle.


Cette perte financière est une angoisse supplémentaire. Son fils a des besoins spécifiques à cause de sa maladie et elle n’a plus les moyens de lui acheter du lait. Les denrées alimentaires sont devenues très chères dans le camp.


La mère de famille remercie HI pour le soutien que l’organisation apporte quotidiennement aux personnes handicapées du camp pour les aider à subvenir à leurs besoins dans ces moments difficiles.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Nicolas Klein

Nicolas Klein
Responsable Communication institutionnelle
(+352) 42 80 60 28
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Syrie : un an après le séisme, elles retrouvent le sourire
© HI
Réadaptation Urgence

Syrie : un an après le séisme, elles retrouvent le sourire

Le 6 février 2023, un terrible séisme frappait le nord-ouest de la Syrie. Parmi les nombreux survivants soutenus par Handicap International et ses partenaires, voici les histoires de quatre jeunes filles très courageuses.

Rawan marche à nouveau, un an après le séisme
© HI
Réadaptation Urgence

Rawan marche à nouveau, un an après le séisme

Lors du séisme du 6 février 2023 qui a frappé la Syrie, Rawan est restée coincée sous les décombres pendant 6 heures, les jambes écrasées.

Un an après le séisme, Sondus a retrouvé sa vie d’avant
© HI
Réadaptation Urgence

Un an après le séisme, Sondus a retrouvé sa vie d’avant

Sondus avait 8 ans lors du tremblement de terre du 6 février 2023. Un traumatisme pour cette petite fille, gravement blessée, qui a perdu une sœur et sa mère. Elle a été soutenue par Handicap International.