Goto main content
 
 

Séisme en Haïti, 10 ans déjà: Moïse rêve à son avenir

Réadaptation
Haïti

Moïse (14 ans), ses parents et son jeune frère Sonel (11 ans) habitent depuis quelques années dans le quartier de Mariani, un peu en-dehors de Port-au-Prince. Les murs et le toit de leur modeste demeure sont en tôle ondulée. À cause du tremblement de terre, la famille a tout perdu. Plus de maison, plus rien. Mais heureusement, ils ont tous survécu.

La jambe gauche de Moise (14 ans) a été amputée après le tremblement de terre de 2010, lorsque Moise avait 4 ans. Quelques mois plus tard, il a rencontré les équipes de HI et le centre de réhabilitation HHH. HI s'assure que lorsque sa prothèse devient trop petite, Moïse est équipé d'une nouvelle prothèse.

Moïse, au fil des ans | © Davide Preti/HI

Wecheline, sa maman, se rappelle dans les moindres détails de cette sombre journée du 12 janvier 2010, il y a 10 ans déjà :

« Je suis partie apporter le repas à mon mari quand la terre a commencé à trembler. Quand je suis rentrée, il ne restait plus rien de notre maison. J’ai entendu la voix de Moïse sous les décombres. Il pleurait et criait "maman, maman, maman".»

Une semaine plus tard, Moïse a été amputé.

« Cette période a été terriblement difficile pour moi. Moïse n’avait pas de béquille, il ne pouvait pas marcher. Il devait se déplacer en rampant. Lorsqu’on m’a dit qu’il allait recevoir une prothèse, j’ai sauté de joie. »

Grâce au soutien de Handicap International, Moïse a suivi des séances de réadaptation et il a reçu sa première prothèse en 2010. Celle-ci est régulièrement remplacée au fil de sa croissance, comme lors de sa visite au centre HHH en août 2019. Aujourd'hui, Moïse rêve à son avenir. Il ne veut plus devenir footballeur, même si ça reste l'une de ses passions. Il voudrait être ingénieur pour construire des maisons solides, ou docteur. Car il est convaincu que sa jambe aurait pu être sauvée s’il y avait eu suffisamment de médecins après le tremblement de terre.
 

 

Le tremblement de terre de Haïti en 2010

 

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre d'une magnitude de 7,0 à 7,3 a touché Haïti, tuant 230.000 personnes et en blessant 300.000 autres.

Suite à cette catastrophe, Handicap International a intensifié ses opérations et mobilisé environ 600 personnes qui ont déployé des ressources et une assistance sans précédent.


L'impact de Handicap International, en chiffres :

 

  • Soins de réadaptation dispensés à 90.000 patients
  • Soutien psychosocial à plus de 25.000 personnes
  • Plus de 1.400 personnes appareillées (prothèses, orthèses)
  • Plus de 5.000 chaises roulantes, béquilles et déambulateurs distribués
  • 1.050 abris pour les personnes extrêmement vulnérables
  • Distribution de plus de 20.000 tonnes d’aide humanitaire

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

En Haïti, HI aide Jérôme à reprendre confiance en lui
© Jean Marie Jakomina / HI
Réadaptation Urgence

En Haïti, HI aide Jérôme à reprendre confiance en lui

Jérôme a été durement éprouvé par le séisme d’août 2021, puis par un AVC. HI lui fournit des séances de réadaptation et de soutien psychosocial pour l’aider à surmonter ces épreuves.

HI évalue les besoins en réadaptation physique et en santé mentale
© T. Mayer / HI
Réadaptation Urgence

HI évalue les besoins en réadaptation physique et en santé mentale

Plus de 1 000 personnes ont été tuées par un tremblement de terre de magnitude 5,9 dans l'est de l'Afghanistan. HI est sur place pour évaluer les besoins.

Les blessures complexes causées par des armes explosives en Ukraine
© T.Mayer / HI
Réadaptation Urgence

Les blessures complexes causées par des armes explosives en Ukraine

Gaëlle Smith, spécialiste de Handicap International en réadaptation d'urgence, explique la gravité des blessures dues aux explosions en Ukraine et l'importance d'une réadaptation précoce.