Goto main content
 
 

"J’ai été fusillée. J’ai perdu mari et enfant. Ma tristesse ne s’en va pas."

Mines et autres armes Réadaptation Santé Urgence
République démocratique du Congo

Kanyere Mwamini, 24 ans, a été victime des conflits qui déchirent la région du Nord Kivu.

Kanyere Mwamini, fusillée chez elle, est soignée à l'hôpital de Rutshuru, au Nord Kivu. Elle bénéficie de séances de réadaptation avec HI.

Kanyere Mwamini, fusillée chez elle, est soignée à l'hôpital de Rutshuru, au Nord Kivu. Elle bénéficie de séances de réadaptation avec HI. | © Patrick Meinhardt / HI

Fusillée chez elle, touchée à la jambe, à la poitrine et à la main, elle bénéficie de séances de rééducation menées par HI et essaie de surmonter l’immense tristesse qui l’accable, avec Jonathan Kakule, psychologue de HI. Kanyere Mwamini se souvient de ce jour de septembre 2019 qui a fait basculer sa vie :

« On était à la maison quand on a entendu des coups de feu. Mon mari est allé voir et il a été tué directement. Un de mes quatre enfants aussi. C'était des hommes armés qu’on ne connaissait pas. Ils m’ont tiré dessus et j'ai perdu connaissance. Ce sont des voisins qui m’ont emmenée en urgence dans un centre de santé. »

« J'avais une fracture ouverte de deux os de la jambe droite: il a fallu opérer ma jambe. J’ai perdu mon pouce et mon index gauche, et j'ai eu une blessure à la poitrine. »

Kanyere, 24 ans

Hospitalisée depuis trois mois, cette mère et épouse endeuillée n'a  aucun moyen de contacter ses enfants. On lui a seulement dit qu'ils allaient bien. «Ma tristesse ne s’en va pas», murmure-t-elle. «Je me sens terriblement seule. J’ai mal...»

L'un des médecins de l’hôpital de Rutshuru revient sur le parcours médical de sa patiente :

« Nous n'avons pas eu d'autre choix que de raccourcir sa jambe pour lui sauver la vie. Sa jambe droite est désormais plus courte que la gauche, ce qui est très handicapant.

Une épreuve supplémentaire : la plaie ne guérit pas bien. « Il se peut qu’il y ait encore des éclats de balles dans sa jambe et que le corps veuille les rejeter », poursuit le médecin. Avec le kinésithérapeute de HI, Kanyere Mwamini réapprend à marcher.

« Je bénéficie de séances de réadaptation et j'ai aussi reçu des béquilles. Je vois aussi un psychologue de HI dans le cadre de séances de soutien psychosocial, avec d’autres victimes de conflit. Au début, je revivais sans cesse le drame... Maintenant, je me sens un peu mieux. On partage ce qu’on a vécu, on pleure... Mais cela reste dur: je n’arrive pas à me projeter dans l'avenir, je n’ai plus rien. »

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Nicolas Klein

Nicolas Klein
Responsable Communication institutionnelle
(+352) 42 80 60 28
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale d'action le 2 mai : Cesser tout transfert d'armes
© HI
Mines et autres armes Urgence

Journée mondiale d'action le 2 mai : Cesser tout transfert d'armes

Au sein de la coalition #CeasefireNow, Handicap International participe le 2 mai à une Journée mondiale d'action appelant à cesser tout transfert d’armes à Israël et aux groupes armés palestiniens, et demande un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Aucun endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Urgence

Aucun endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, Handicap International exprime sa profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.

Mettre fin aux destructions massives et dommages causés aux civils dans les zones peuplées
© HI
Droit Mines et autres armes Prévention et santé

Mettre fin aux destructions massives et dommages causés aux civils dans les zones peuplées

Les États se sont réunis à Oslo pour examiner la mise en œuvre de la déclaration politique contre les bombardements et les pilonnages dans les villes.