Goto main content
 
 

HI soutient les Ukrainiens blessés dans le conflit armé

Mines et autres armes Réadaptation Urgence
Ukraine

Les équipes de Handicap International contribuent à apporter des soins aux victimes brûlées et amputées en Ukraine.

En Ukraine, un missile est tombé sur une zone résidentielle de Kiev. Un enfant a été tué et 23 personnes ont été blessées. Cet homme et sa mère vivaient dans la zone touchée.

En Ukraine, un missile est tombé sur une zone résidentielle de Kiev. Un enfant a été tué et 23 personnes ont été blessées. Cet homme et sa mère vivaient dans la zone touchée. | © V de Viguerie/ HI

La prise en charge des brûlés et des amputés, une urgence absolue

À Lviv, en Ukraine, Handicap International apporte un soutien aux hôpitaux pour renforcer les soins des personnes blessées par les armes explosives utilisées dans le conflit en cours. Dans l’Ouest du pays, des spécialistes soutiennent la prise en charge en urgence des survivants au conflit en leur prodiguant des soins spécifiques liés aux brûlures et aux amputations. Ces personnes blessées ont été évacuées de villes assiégées comme Kiev, Kharkiv et Marioupol.

« Les brûlures sont des plaies particulières », explique Virginie Duclos, responsable Réadaptation d’urgence et spécialiste de la prise en charge des brûlures au sein de Handicap International. « Elles évoluent dans le temps et peuvent avoir des conséquences fonctionnelles à long terme. Si les soins ne sont pas adaptés dès le début, il existe un risque que les articulations ne fonctionnent plus. La peau peut entraver les mouvements et les personnes brûlées se retrouvent avec des cicatrices épaisses et douloureuses pouvant conduire à leur exclusion sociale en raison de leur aspect. »

Handicap International a organisé des sessions de formation à destination des kinésithérapeutes, des équipes médicales et des étudiants en médecine ukrainiens afin qu’ils soient capables de soigner correctement les victimes brûlées et amputées dans un contexte d’urgence.

« Les hôpitaux ont demandé un soutien spécifique dans les soins aux brûlés et aux amputés, car le nombre de ces patients a nettement augmenté. »

Virginie Duclos, responsable Réadaptation d’urgence à HI et spécialiste de la prise en charge des brûlures

« Les hôpitaux n’ont pas l’habitude d’en traiter autant, du moins pas dans un tel contexte d’urgence. Nous fournissons une formation spécifique pour renforcer leur capacité à prendre en charge la situation, de la phase d’urgence aiguë à la potentielle sortie d’hôpital des patients. »

Dans l’éventualité de nombreuses amputations, la réponse globale à l’urgence en Ukraine devra prendre en compte le besoin en prothèses et en appareils et accessoires fonctionnels pour les blessés.

Des réfugiés qui ont besoin de solutions de mobilité

Ukraine : un homme aide sa femme à se déplacer avec sa canne à Zhytomyr, où un missile a démoli un immeuble d’habitation. © Till Mayer / HI
Dans l’Ouest de l’Ukraine, où des millions de personnes ont été déplacées afin de fuir les violents bombardements, Handicap International répond aux besoins des personnes vulnérables et de personnes handicapées. L’association a identifié plus d'une douzaine de centres collectifs ayant besoin de soutien, notamment pour les personnes âgées et les personnes handicapées. 

« Dans l’un des centres, un très grand nombre de personnes âgées sont vraiment dans le besoin », raconte Virginie Duclos. « Ces personnes s’accrochent aux murs pour se déplacer car elles ne disposent d’aucun équipement d’aide à la mobilité, tels que des béquilles ou déambulateurs. »

Handicap International a déjà commencé à distribuer des équipements d’aide à la mobilité aux hôpitaux et aux centres collectifs accueillant des personnes aux besoins spécifiques. L’association fournit également à ces centres des équipements de base comme des gants et des masques, et apporte un soutien psychosocial aux personnes touchées par le conflit.

Le nombre de victimes civiles continue d’augmenter

La guerre en Ukraine a causé à ce jour plus de 3 200 victimes civiles, dont 1 276 morts (les chiffres restent imprécis en raison du conflit en cours). Plus de 10 millions de personnes ont été déplacées, mais des milliers restent encore bloquées dans les zones de guerre active.

« De nombreuses personnes ne sont pas en mesure d’être évacuées pour le moment », conclut Virginie Duclos. « Nous savons que les besoins vont augmenter à mesure que nous pourrons atteindre les personnes blessées. Notre objectif est de répondre à ces besoins et d’aider partout où nous le pouvons. »

Lire également nos autres actualités récentes sur l'Ukraine :

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI
Droit Mines et autres armes Mobilisation Sensibilisation

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 82 États, dont le Luxembourg, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin un accord international historique visant à mieux protéger les civils de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »
© HI
Mines et autres armes

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »

Roger Eid est responsable des opérations de déminage de HI au Liban. Il nous explique l’importance du déminage et comment sont réalisées ces opérations indispensables.

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains
© HI
Mines et autres armes

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains

Les États sont invités le 18 novembre à Dublin pour adopter l'accord international contre les bombardements en zones peuplées.