Goto main content
 
 

La logistique pour faciliter l’accès à l’aide humanitaire

Urgence
Bangladesh

Pour faire face aux difficultés d’acheminement de l’aide humanitaire, dans le district de Cox’s Bazaar, frontalier de la Birmanie, Handicap International envoie cette semaine au Bangladesh Emmanuel Pajot, coordinateur de la plateforme logistique. L’objectif est de proposer[1] des solutions logistiques aux organisations humanitaires afin d’améliorer la prise en charge des 500 000 réfugiés qui sont présents dans ce secteur.

 

[1] via son projet Atlas Logistique 


 
Carte de la situation humanitaire au Sud-Est du Bangladesh faite par World Food Programme

Carte de la situation humanitaire au Sud-Est du Bangladesh faite par World Food Programme | World Food Programme

« Pour bien comprendre les problèmes auxquelles les organisations humanitaires font face au Bangladesh, il faut avoir la géographie du district de Cox’s Bazaar en tête : une route presque unique, de capacité assez faible et qui correspondrait chez nous à une route de campagne, longe un estuaire du Nord au Sud, qui délimite la frontière avec la Birmanie. C’est sur cette route que se sont installés les réfugiés, afin de profiter des distributions humanitaires qui se font sur cet axe de communication.

« Deux problèmes se posent à nous : avec les nombreux véhicules qui y circulent, avec la présence des milliers de réfugiés sur ses abords, la route est engorgée et les distributions d’aide humanitaire ont de plus en plus de mal à se faire. Deuxièmement, les personnes qui ont du s’installer un peu plus loin des routes n’ont bien souvent pas accès à ces distributions.

« De plus, avec la saison des pluies qui commence, les routes peuvent se retrouver facilement inondées, le bitume est rapidement endommagé - chose fréquente dans cette région du monde où les intempéries abiment fréquemment les infrastructures. Ce qui complique encore plus les déplacements…

« A l’heure actuelle, on constate un véritable embouteillage au Nord de cet axe routier, à l’entrée de l’estuaire. Notre stratégie, que je vais tenter de vérifier avec la mission que je vais mener sur place à partir de vendredi, est la suivante : déployer le transport de l’aide humanitaire à partir de la pointe sud du district, où nous aurons identifiés des zones de stockage et tout un ensemble de transporteurs locaux (fluviaux et routiers) le long de cet axe stratégique, en remontant vers le Nord.

« Nous souhaitons proposer une solution logistique aux associations humanitaires dans les deux semaines. Mon rôle va consister sur place à analyser les capacités des infrastructures et de transports (pontons, ports, bateaux, camions, etc.) et à recenser les prestataires potentiels. En somme, établir un carnet d’adresses. » 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Nicolas Klein

Nicolas Klein
Responsable Communication institutionnelle
(+352) 42 80 60 28
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe
© M. Itouhar / HI
Réadaptation Urgence

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe

Présent au Maroc depuis 1993, HI œuvre aux côtés de ses partenaires pour apporter une aide en réadaptation aux victimes du séisme ayant frappé le pays en septembre.

“Le nombre de personnes handicapées augmentera de manière significative”
© S. Sulaiman / HQ
Urgence

“Le nombre de personnes handicapées augmentera de manière significative”

Maria Marelli, kinésithérapeute chez HI, a des missions régulières à Rafah pour soutenir notre équipe. Elle nous raconte son expérience.

Civils sous les bombes : un nouveau paroxysme atteint à Gaza
© HI
Urgence

Civils sous les bombes : un nouveau paroxysme atteint à Gaza

Après cinq mois d'escalade des violences à Gaza, le témoignage déchirant de Jean-Pierre Delomier, Directeur adjoint des opérations internationales de HI, revenu récemment de Rafah.