Goto main content
 
 

Le jeu : un outil pour prévenir les conséquences de la malnutrition

Prévention et santé Réadaptation
Madagascar

La malnutrition sévère a retardé la croissance et le développement de Sosiany. HI utilise la thérapie de stimulation et le jeu actif pour l'aider à prévenir les conséquences à long terme

Sosiany et sa mère Naliny jouent ensemble avant sa séance de thérapie de stimulation. © Parany.Photo / HI

Sosiany et sa mère Naliny jouent ensemble avant sa séance de thérapie de stimulation. | © Parany.Photo / HI

L'impact de la malnutrition sur Sosiany 

 Sosiany s'entraîne à se tenir debout dans le centre de réadaptation.« Lorsque Sosiany avait trois mois, j'ai remarqué qu'elle ne se développait pas normalement » raconte sa mère Naliny. « Elle n'était pas capable de tenir sa tête en l'air. Puis, à six mois, elle ne pouvait pas s'asseoir toute seule. »

Inquiète, Naliny a emmené Sosiany chez un médecin qui a déterminé qu'elle souffrait de malnutrition sévère et que cela nuisait à sa croissance et à son développement. Elle a maintenant 17 mois, mais son développement mental et moteur est plus proche de celui d'un bébé de six mois. Ces retards de développement peuvent se consolider avec le temps et entraîner des handicaps irréversibles s'ils ne sont pas traités.

Le médecin lui a prescrit du « plumpy nut », un supplément nutritionnel destiné au traitement des enfants souffrant de malnutrition sévère, et l'a orientée vers le centre de réadaptation de l'hôpital régional de Tuléar pour voir si Sosiany pouvait bénéficier de la thérapie de stimulation de HI.

La thérapie de stimulation de la petite enfance pour les bébés et les jeunes enfants malnutris est une forme de jeu actif stratégique qui stimule les capacités motrices et le développement cognitif en faisant participer l'enfant avec des jouets et en lui accordant une attention individuelle. Les spécialistes de la réadaptation de HI ont formé des kinésithérapeutes à Tuléar, à Madagascar, afin qu'ils utilisent cette technique parallèlement aux initiatives de nutrition d'urgence pour donner aux enfants les meilleures chances de survie, améliorer leur qualité de vie et prévenir les conséquences à long terme de la malnutrition.

La réadaptation déguisée en jeu

Aujourd'hui, Sosiany assiste à sa deuxième séance avec Denis, un kinésithérapeute du centre de réadaptation, formé à la thérapie de stimulation par HI en octobre 2021.

Denis, kinésithérapeute formé à la thérapie de stimulation par HI.« Au début, nous laissons l'enfant jouer avec ce qui l'attire. Le premier objectif est de le mettre à l'aise », explique Denis. « Ensuite, on choisit les activités en fonction de l'objectif spécifique de chaque enfant. Par exemple, Sosiany n'est pas capable de s'asseoir toute seule, alors nous jouons dans des positions qui entraînent les muscles de ses jambes et l'habituent à rester assis plus longtemps. »

Chaque activité joue un rôle spécifique dans le développement de Sosiany. Tenir un jouet au-dessus de sa tête l'aidera à s'entraîner à tendre le bras. Dessiner avec des stylos et des crayons lui permettra d'améliorer sa préhension. Des actions simples, comme taper dans un ballon ou pousser une voiture en plastique, contribuent à développer ses mouvements, ses interactions et ses réflexes.

Au cours de chaque séance, Denis explique également à Naliny comment poursuivre les exercices à la maison.

 « Sosiany n'a pas de jouets chez elle, elle aime tambouriner sur une Sosiany et Naliny jouent avec une voiture-jouet pendant la thérapie de stimulation.bassine qu'ils ont pour laver le linge », explique Denis. « Pour l'encourager à ramper, elle peut simplement éloigner la bassine. Sosiany devra alors ramper jusqu'à elle avant de pouvoir jouer dessus. On peut adapter n'importe quelle activité pour stimuler l'enfant, il suffit de savoir ce qu'elle aime faire. »

Après environ cinq séances de thérapie de stimulation, les enfants commencent généralement à montrer des améliorations, mais la durée de la thérapie est adaptée aux besoins de chaque enfant en fonction de ses progrès.

Inspirée par les soins que reçoit sa fille, Naliny espère que Sosiany deviendra médecin et qu'elle pourra un jour soigner les autres.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Nicolas Klein

Nicolas Klein
Responsable Communication institutionnelle
(+352) 42 80 60 28
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Syrie : un an après le séisme, elles retrouvent le sourire
© HI
Réadaptation Urgence

Syrie : un an après le séisme, elles retrouvent le sourire

Le 6 février 2023, un terrible séisme frappait le nord-ouest de la Syrie. Parmi les nombreux survivants soutenus par Handicap International et ses partenaires, voici les histoires de quatre jeunes filles très courageuses.

Rawan marche à nouveau, un an après le séisme
© HI
Réadaptation Urgence

Rawan marche à nouveau, un an après le séisme

Lors du séisme du 6 février 2023 qui a frappé la Syrie, Rawan est restée coincée sous les décombres pendant 6 heures, les jambes écrasées.

Un an après le séisme, Sondus a retrouvé sa vie d’avant
© HI
Réadaptation Urgence

Un an après le séisme, Sondus a retrouvé sa vie d’avant

Sondus avait 8 ans lors du tremblement de terre du 6 février 2023. Un traumatisme pour cette petite fille, gravement blessée, qui a perdu une sœur et sa mère. Elle a été soutenue par Handicap International.