Goto main content
 
 

Le Myanmar plongé dans une grave crise humanitaire

Mines et autres armes Réadaptation Urgence
Myanmar (Birmanie)

Depuis les événements de février 2021, la situation humanitaire s'est profondément détériorée au Myanmar.

Photo des manifestations à Yangon en mars 2021.

Photo des manifestations à Yangon en mars 2021. | © DR

La violence armée, combinée à une crise politique, économique et sanitaire, due à la pandémie de COVID-19, a entraîné une grave crise humanitaire au Myanmar, déclare Jérôme Bobin, directeur des programmes Handicap International dans le pays.

Près de la moitié de la population a besoin d'aide humanitaire

Aujourd'hui, 14.4 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire – un bilan ahurissant. Les besoins ont monté en flèche depuis début 2021, car ils ne concernaient alors que 1 million de personnes. Au moins 13 % d'entre elles sont des personnes handicapées. Elles sont particulièrement exposées aux violences, à la discrimination, au manque d'accès à l'information et à de plus grandes difficultés pour recevoir des services médicaux et humanitaires. [1]

Vivre dans la pauvreté

Parmi les principaux problèmes humanitaires, les estimations montrent que 48 % de la population pourrait bientôt vivre dans la pauvreté, en raison des perturbations économiques qui ont entraîné une situation d’insécurité alimentaire pour une grande partie du pays. Le Programme alimentaire mondial estime que 3,4 millions de personnes auront besoin d'une aide alimentaire au cours des six prochains mois.

Accéder aux soins

De nombreux blessés et personnes handicapées ne peuvent pas accéder à un traitement immédiat, à des soins en réadaptation et à des appareils d’aide à la mobilité, ce qui les expose à des risques de séquelles physiques et de conséquences psychosociales à vie.

L'année dernière, nous avons également constaté une nouvelle augmentation de l'utilisation des mines antipersonnel et des engins explosifs au Myanmar. Ces armes ont fait de nouvelles victimes. Elles menacent fortement certaines communautés qui n'avaient pas l'habitude de vivre dans des zones contaminées, ainsi que les personnes déplacées qui ont dû fuir de nombreux affrontements. Selon OCHA, près de 290 000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du Myanmar depuis février 2021 – elles s’ajoutent aux 370 000 déjà déplacées depuis plusieurs années.

Les actions de Handicap International en 2021

Malgré la complexité de la situation et les spécificités de chaque région du pays, Handicap International a continué à mener des activités de développement de la petite enfance dans les camps de personnes déplacées ainsi que des services de réadaptation (kinésithérapie, distribution d'aides à la mobilité, etc.).

Nous avons également distribué des produits alimentaires et non alimentaires aux communautés vulnérables et fourni des services de santé mentale et de soutien psychosocial aux personnes touchées par la pandémie de COVID et par la crise sécuritaire.

Nous avons adapté nos activités d'éducation aux risques liés à la présence des engins explosifs afin d'atteindre et d'informer les communautés à risque. Nous avons poursuivi notre action d’assistance aux victimes de mines antipersonnel, en les soutenant pour pérenniser leurs moyens de subsistance.

Lors de la première vague de COVID-19 au Myanmar, nous avons contribué au développement et à l'adaptation d'outils et de techniques pédagogiques afin de garantir l'accès des enfants handicapés à l'éducation.

Dans le cadre d'un projet de préparation aux catastrophes, Handicap International a également aidé ses partenaires à fournir une assistance médicale d'urgence et des équipements de protection individuelle (EPI) contre la COVID-19.

Enfin, nous avons travaillé en étroite collaboration avec des partenaires locaux, internationaux et des bailleurs, pour promouvoir l'inclusion des personnes handicapées dans l’aide humanitaire et pour améliorer l'accessibilité des installations et des services.


[1] Etude de Humanity & Inclusion en 2021

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI
Droit Mines et autres armes Mobilisation Sensibilisation

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 82 États, dont le Luxembourg, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin un accord international historique visant à mieux protéger les civils de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »
© HI
Mines et autres armes

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »

Roger Eid est responsable des opérations de déminage de HI au Liban. Il nous explique l’importance du déminage et comment sont réalisées ces opérations indispensables.

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains
© HI
Mines et autres armes

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains

Les États sont invités le 18 novembre à Dublin pour adopter l'accord international contre les bombardements en zones peuplées.