Goto main content
 
 

Mossoul : Plus de 150 000 personnes déplacées en un mois

Le 19 Février dernier, les forces armées lançaient la seconde phase de leur opération militaire pour reprendre Mossoul, en Irak. Depuis, plus de 150 000 personnes ont fui les combats dans l’ouest de la ville. Les mouvements de population s’accélèrent, avec une moyenne de 9 000 personnes déplacées chaque jour. Les équipes de Handicap International interviennent auprès de la population dans les camps et les hôpitaux.

Mosul_Kazer camp

Des personnes déplacées dans le camp de Kazher | © E. Fourt / Handicap International

« Alors que les combats continuent à Mossoul, nous observons un taux de déplacement de personnes sans précédent » commente Fanny Mraz, chef de mission de Handicap International en Irak. « Rien qu’au cours des dix derniers jours, près de 10 000 nouveaux déplacés étaient recensé quotidiennement.  Et on s’attend à ce que ces mouvements de population s’intensifient dans les jours à venir… » Certains camps de déplacés arrivent à saturation.

Parmi les nouveaux déplacés, on trouve un nombre considérable de personnes blessées par les bombardements et explosions dans la partie ouest de Mossoul. « Plusieurs milliers de personnes ont été blessées au cours des dernières semaines. On rencontre un nombre important de  victimes de coups de feu, d’engins explosifs ou d’éclats d’obus  », indique Fanny Mraz. « Les structures de santé sont dépassées par le nombre de victimes qui arrivent de Mossoul par ambulance. »

Les équipes de Handicap International interviennent dans deux hôpitaux pour apporter leur assistance aux blessés dès leur prise en charge dans les structures de santé. « Nous sommes présents dans les hôpitaux de Hamdanyiah et Qayyarah, qui reçoivent beaucoup de victimes des combats » indique Fanny. « Nous avons également étendu notre intervention dans les camps. Nous travaillons désormais à Hamam Al Alil, où arrivent beaucoup de nouveaux déplacés. Nos équipes sont à pieds d’œuvre pour venir en aide à la population. »

Selon les Nations Unies, plus de 300 000 personnes supplémentaires pourraient fuir la ville dans les semaines à venir.[1]  Et les centaines de milliers de civils encore bloqués à Mossoul encourent des risques très important tant que les combats se poursuivent.


 [1]OCHA, 19/03: http://reliefweb.int/report/iraq/humanitarian-agencies-are-pushed-their-limits-many-320000-additional-civilians-may-flee

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI
Droit Mines et autres armes Mobilisation Sensibilisation

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 82 États, dont le Luxembourg, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin un accord international historique visant à mieux protéger les civils de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »
© HI
Mines et autres armes

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »

Roger Eid est responsable des opérations de déminage de HI au Liban. Il nous explique l’importance du déminage et comment sont réalisées ces opérations indispensables.

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains
© HI
Mines et autres armes

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains

Les États sont invités le 18 novembre à Dublin pour adopter l'accord international contre les bombardements en zones peuplées.