Goto main content
 
 

Ouragan Matthew : des équipes mobiles pour aider à la prise en charge des blessés


L’ouragan Matthew qui a frappé les régions du Sud et du Nord d’Haïti le 4 octobre dernier a donné lieu à la plus grande urgence humanitaire depuis le séisme de 2010. Dans la seule région des Cayes, plus de 3 000 blessés sont recensés, alors que les hôpitaux disposent de moyens extrêmement limités. Handicap International commence à intervenir auprès des blessés pour dispenser des soins de réadaptation. La distribution de plus de 1 000 kits permettant d’effectuer des réparations d’urgence sur les habitations va également débuter.

Situation catastrophique dans le Nord Ouest

Situation catastrophique dans le Nord Ouest | © B.Almeras / Handicap International

La situation dans le Sud-ouest et le Nord-ouest d’Haïti est dramatique. Les chiffres parlent d’eux-même. Selon des Nations unies , près de 15 jours après le passage de l’ouragan, 1,4 million de personnes ont toujours besoin d’une aide humanitaire et 750 000 personnes d’une assistance immédiate. Dans la région des Cayes, les autorités ont recensé plus de 3 000 blessés. Et les équipes de Handicap International ont pu constater l’extrême dénuement des structures de santé, qui n’ont que des moyens très limités pour soigner les patients.  

Inclure les personnes isolées dans la réponse humanitaire

« Nous devons donc venir en aide aux structures de santé locales : leur fournir du matériel adapté, les accompagner dans la prise en charge des personnes blessées ou handicapées et les former si nécessaire aux soins de réadaptation »,

explique Hélène Robin, responsable des opérations d’urgence de Handicap International. L’intervention de Handicap International a donc débuté, avec la mise en place d’équipes mobiles. 

La première a commencé à intervenir dans les hopitaux et les abris collectifs. Objectif : dispenser les premiers soins de réadaptation aux blessés, aux personnes handicapées, proposer des aides à la marche pour leur permettre de se déplacer, et identifier les personnes les plus fragiles, qui n’ont pas accès à l’aide dont elles ont besoin. Une seconde équipe, en cours de constitution, va renforcer le dispositif très rapidement.

« Il est impératif de ne pas oublier celles et ceux qui ne peuvent pas se déplacer ou qui sont isolés, rappelle Hélène Robin. Dès que nous aurons les financements nécessaires, des équipes mobiles suplémentaires devraient se déployer dans les zones reculées pour identifier les personnes blessées ou vulnérables. »


Une fois recensées, ces personnes seront prises en charge par l’association ou référées aux structures de santé les plus adaptées à leurs besoins. Pour surmonter le traumatisme psychologique, une équipe de spécialiste du soutien psychosocial mettra en place des activités spécifiques.

1 000 shelters kits pour les plus démunis

Selon les Nations unies, 90% des habitations de la ville de Jérémie ont été détruites. Près de 1 250 000 personnes, dont 500 000 enfants, ont besoin d'un accès à l’eau potable et à un assainissement adéquat.  Les maisons ont été pour certaines anéanties, les autres sont dans un tel état de délabrement que les familles ne peuvent s’y réinstaller. Un millier de kits d’urgence, « shelters  », doivent être distribués par Handicap International au plus vite afin que les populations retrouvent des conditions sanitaires soutenables. Ils contiennent le matériel nécessaire à la fabrication d’abris d’urgence ou à la réparation des maisons (boites à outils, cordes, fixations, bâches…). Des kits d’hygiène sont également nécessaires pour protéger les personnes du choléra et contenir une éventuelle épidémie de grande ampleur.


Situation catastrophique dans le Nord Ouest 

Le Nord Ouest est une des zones les plus pauvres d’Haïti. Le passage de l’ouragan n’a fait qu’accentuer une situation déjà très précaire, avec des habitations très endommagées ou détruites, des problèmes d’hygiène et d’accès à la nourriture.
 

« Nous étudions les possibilités d’intervention sur cette zone encore très peu couverte par les organisations humanitaires, explique Hélène Robin, pour éviter que la situation des populations affectées et des personnes les plus fragiles ne se détériore encore ». 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI
Droit Mines et autres armes Mobilisation Sensibilisation

82 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 82 États, dont le Luxembourg, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin un accord international historique visant à mieux protéger les civils de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »
© HI
Mines et autres armes

« Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »

Roger Eid est responsable des opérations de déminage de HI au Liban. Il nous explique l’importance du déminage et comment sont réalisées ces opérations indispensables.

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains
© HI
Mines et autres armes

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains

Les États sont invités le 18 novembre à Dublin pour adopter l'accord international contre les bombardements en zones peuplées.