Goto main content
 
 

Civils sous les bombes : un nouveau paroxysme atteint à Gaza

Urgence
Palestine

Après cinq mois d'escalade des violences à Gaza, le témoignage déchirant de Jean-Pierre Delomier, Directeur adjoint des opérations internationales de HI, revenu récemment de Rafah.

L'équipe de HI à Gaza a finalement pu accéder au stock d'urgence dans la ville de Gaza et a fait don de plus de 200 articles, dont environ 150 fauteuils roulants, ainsi que des déambulateurs, des béquilles, des matelas médicaux et des kits de pansement.

L'équipe de HI à Gaza a finalement pu accéder au stock d'urgence dans la ville de Gaza et a fait don de plus de 200 articles, dont environ 150 fauteuils roulants, ainsi que des déambulateurs, des béquilles, des matelas médicaux et des kits de pansement. | © HI

Depuis le 7 octobre et l'escalade de violences entre Israël et le Hamas, quelque 30 000 Palestiniens ont été tués – dont au moins 10 000 enfants – et 70 000 blessés dans les bombardements incessants à Gaza par les forces israéliennes. Cette offensive meurtrière fait suite à une attaque massive lancée par le Hamas contre Israël, au cours de laquelle 1 200 Israéliens ont été tués et 240 Israéliens et ressortissants étrangers ont été pris en otage.

L'utilisation la plus intense d'armes explosives dans la zone la plus densément peuplée

Comme à Marioupol (Ukraine), à Alep (Syrie), à Grozny (Tchétchénie), les villes et les civils de Gaza sont dévastés par des bombardements systématiques et massifs.

On estime à 45 000 le nombre de bombes larguées au cours des 89 premiers jours du conflit (Source : Gaza Media Office). Cela fait 505 bombardements par jour, soit 21 bombardements par heure.

La population piégée et cernée par les bombardements

Gaza est rasée et vidée de ses habitants par 5 mois de bombardements incessants. 85 % de la population de Gaza, soit 1,7 million de personnes, a été contrainte de fuir les bombardements et les pilonnages.

1,5 million de personnes ont trouvé refuge à Rafah, au sud de la bande de Gaza, qui compte normalement 280 000 habitants. Les personnes qui ont été déplacées à plusieurs reprises sont traumatisées et épuisées. Elles ont tout perdu, n'ont nulle part où aller et sont sous la menace d'une nouvelle offensive.

Le témoignage de Jean-Pierre Delomier, Directeur adjoint des opérations internationales à Handicap International, qui était récemment à Rafah pour évaluer la situation humanitaire et les moyens d'améliorer l'acheminement de l'aide aux populations :

Portrait de Jean-Pierre Delomier de Handicap International« Les Palestiniens ont été forcés de quitter leurs maisons pour échapper aux bombardements et aux pilonnages incessants. Ils ont été forcés d'abandonner les maisons qu'ils avaient construites pour des tentes qui fuient sous la pluie et ne peuvent pas être chauffées. Les rues sont jonchées de tentes. Chaque trottoir, chaque coin de rue est occupé par des abris. Les espaces publics sont également saturés, chaque personne s'installant là où l'espace est disponible. Presque aucun service n'est fourni : il n'y a pas d'eau courante, les déchets s'accumulent dans les rues en l'absence de ramassage régulier, les centres d'hébergement débordent de personnes déplacées. Il n'y a que quatre distributeurs automatiques de billets où les foules attendent du lever au coucher du soleil qu'ils soient réapprovisionnés. Parmi les travailleurs humanitaires, beaucoup sont eux-mêmes déplacés. Parfois, le long des routes surpeuplées, des vendeurs de fortune proposent quelques conserves et des légumes. La population est affamée, assoiffée, épuisée et tendue. Tout le monde se déplace à pied ou sur des charrettes tirées par des ânes, car très peu utilisent des véhicules à moteur en raison du prix et de la rareté du carburant. Dès que l'on vous remarque, on vous demande immédiatement quelque chose à manger. L'aide humanitaire arrive au compte-gouttes dans ce piège où hommes, femmes et enfants ne savent plus où aller. Ils ont besoin de l'essentiel : de la nourriture, de l'eau, un abri. »

L'interview de Jean-Pierre Delomier dans le journal de RTL du 7 mars 2024 :

Un aperçu d'une vidéo présentant des personnes avec un gilet Handicap International en train d'aider des civils

Les actions de Handicap International dans la région :
Lire "Les besoins en réadaptation montent en flèche à Gaza"

Gaza : faites dès maintenant un don d'urgence

La moitié des bâtiments ne tiennent plus debout

Les bombardements et les pilonnages incessants en zones peuplées ont dévasté les infrastructures et les bâtiments civils. Entre 50 % et 62 % de tous les bâtiments de Gaza sont probablement détruits ou endommagés (30 janvier). Selon un rapport de la Banque Mondiale, 45 % des bâtiments résidentiels de Gaza sont irréparables et plus d'un million de personnes sont sans abri (24 janvier).

Gaza : des tas de décombres contaminés

Selon le Bureau des médias de Gaza, 45 000 bombes ont été larguées au cours des 89 premiers jours du conflit. En se basant sur un taux d'échec moyen de 14 %, il est possible que 6 300 bombes n'aient pas fonctionné comme prévu et qu'elles n'aient pas explosé.*

« Il est impossible de connaître l'étendue totale de la contamination par les restes explosifs dans la bande de Gaza, car les hostilités continuent dans la région depuis des décennies, et les restes explosifs de guerre constituaient déjà un problème important avant l'escalade qui a suivi le 7 octobre. Mais compte tenu de l'intensité des bombardements de ces derniers mois, nous pouvons nous attendre à une augmentation significative de la contamination explosive : le territoire est décimé et les munitions non explosées restreignent considérablement la possibilité de se déplacer, l'acheminement de l'aide et entraveront la reconstruction des infrastructures vitales. Ce niveau de contamination, les ressources limitées, l'environnement et le contexte fragile rendront la vie et le travail à Gaza extrêmement difficiles. Les restes explosifs causeront sans aucun doute de nouvelles pertes en vies humaines, des blessures invalidantes et des traumatismes psychologiques pendant de nombreuses années. »

Gary Toombs, Directeur technique des opérations mondiales de déminage et de neutralisation des engins explosifs à Handicap International

Des blessures complexes causées par les armes explosives

Les blessures causées par les armes explosives sont spécifiques et difficiles à guérir, avec souvent des douleurs importantes. Elles entraînent fréquemment des handicaps temporaires ou permanents. Les gens sont également terrifiés et traumatisés.

Nombreux sont ceux qui, à Gaza, auront besoin de soins de rééducation et d'un soutien psychosocial à long terme.

« Nous voyons de nombreuses personnes souffrant de blessures très complexes telles que des fractures, des lésions des nerfs périphériques, des amputations d'un ou de plusieurs membres, des lésions de la moelle épinière, des lésions cérébrales traumatiques et des brûlures. Parfois, les civils blessés arrivent à l'hôpital avec une combinaison de blessures multiples qui sont extrêmement difficiles, voire impossibles à traiter. Le niveau de douleur et de souffrance lié à ces blessures est difficile à mesurer et à comprendre pour les personnes qui n'en font pas l'expérience. À cause du manque de soins médicaux et d'analgésiques, de nombreuses personnes souffrent inutilement et développent des handicaps qui auraient pu être évités. Cela peut être incroyablement traumatisant. »

Federico Dessi, Directeur de Handicap International pour la région Moyen-Orient

Plus de 200 travailleurs humanitaires tués ou blessés

Les incidents critiques sur les personnels humanitaires sont fréquents : depuis octobre 2023, 238 travailleurs humanitaires ont été tués ou blessés dans le territoire palestinien occupé.

Les hôpitaux de Gaza sont directement touchés par le conflit ; des incidents entravant les évacuations médicales et empêchant la livraison de fournitures essentielles se produisent fréquemment. Les personnels humanitaires se heurtent également à des refus fréquents et à des obstacles croissants à leur mission, notamment des attaques contre les convois d'aide et les établissements de santé.

Les organisations humanitaires – dont Handicap International, présente à Gaza depuis 1996 – fournissent une aide vitale aux personnes qui ont besoin de l'assistance la plus fondamentale comme l'eau, la nourriture et un abri, étant donné le risque imminent de famine à Gaza.

Les travailleurs humanitaires doivent être protégés : l'aide humanitaire est la seule planche de salut pour 2,2 millions de personnes piégées sous les bombes à Gaza depuis cinq mois. L'aide entrant à Gaza ne répond pas aux besoins en raison des hostilités, des restrictions imposées à l'entrée des marchandises dans la bande de Gaza, du nombre limité de points de passage frontaliers ouverts malgré l'appel clair de nombreuses parties prenantes (y compris celui de la Cour internationale de justice) à garantir un accès humanitaire sûr et sans entrave.

Le schéma systématique des souffrances causées par les bombardements et les pilonnages en zones peuplées

Le schéma de souffrances suivant est exacerbé à Gaza en raison de l'intensité extrême des bombardements et des pilonnages depuis le 7 octobre et de la forte densité de la population :

Gaza : faites dès maintenant un don d'urgence

Stop aux bombardements des civils

Depuis la Conférence de Dublin en novembre 2022 et l'adoption de la Déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, 84 États se sont engagés à mettre fin aux bombardements de civils.

Ils se sont engagés à condamner « toute attaque dirigée contre des civils, [...], ainsi que les bombardements indiscriminés et l'utilisation aveugle des armes explosives ». Ils se sont également engagés à fournir et à faciliter l'assistance aux populations touchées par les conflits, et à faciliter l'accès rapide, sûr et sans entrave de l'aide humanitaire à ceux qui en ont besoin dans les situations de conflit armé.

Les États doivent respecter leurs engagements. Les bombardements de civils doivent cesser et l'acheminement de l'aide humanitaire doit être la priorité.


* Estimation faite par des spécialistes des armes explosives. Extrait du rapport de HI "The Use of Explosive Weapons in Populated Areas - Explosive Contamination and Impact in Gaza" - Février 2024. Ce chiffre n'inclut pas les munitions explosives provenant des combats au sol et ne représente que l'impact des 89 premiers jours. Ce chiffre a augmenté depuis lors.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Nicolas Klein

Nicolas Klein
Responsable Communication institutionnelle
(+352) 42 80 60 28
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

7 choses à savoir sur le conflit au Soudan
© M. Degue Mohassingar / HI
Prévention et santé Urgence

7 choses à savoir sur le conflit au Soudan

Le 15 avril 2023 un conflit armé a éclaté au Soudan. Dès le mois de mai 2023, HI s'est mobilisé à l'Est du Tchad pour soutenir et prendre en charge les réfugiés soudanais fuyant la violence.

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe
© M. Itouhar / HI
Réadaptation Urgence

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe

Présent au Maroc depuis 1993, HI œuvre aux côtés de ses partenaires pour apporter une aide en réadaptation aux victimes du séisme ayant frappé le pays en septembre.

“Le nombre de personnes handicapées augmentera de manière significative”
© S. Sulaiman / HQ
Urgence

“Le nombre de personnes handicapées augmentera de manière significative”

Maria Marelli, kinésithérapeute chez HI, a des missions régulières à Rafah pour soutenir notre équipe. Elle nous raconte son expérience.